Bowling Bordeaux Mérignac

9 avril 2012

Bowling International Bordeaux Merignac

Il y a deux mois, Groupon a proposé un deal avec le Bowling International de Bordeaux : 19€ pour 4 parties, location de chaussures + 2 boissons.

On a profité d’un weekend pluvieux pour utiliser ce bon. On a eu aucun problème de réservation (il était précisé qu’on devait les appeler 72h à l’avance). Pour accéder au bowling, il y a peu de signalisation dans la zone commerciale, mais avec un gps on a pas eu aucun de mal. On a était très bien accueillis, la personne nous a remis nos chaussures, activé la piste, et donné nos coupons pour les boissons. Et bonne surprise, on avait la possibilité de choisir ce qu’on voulait (alcool compris). Ensuite direction les pistes, au total 24, le jeu de miroir donne d’ailleurs l’impression que la salle est encore plus grande. 1 partie comprends 20 lancés, sauf si vous réalisez des strikes. Pour deux personnes : 2/3 parties vous occupera 1h, autant dire qu’1 seule partie passe très vite et puis je sais pas vous, mais pour faire tomber un maximum de quilles, il faut quand même s’échauffer un peu. Au final c’était sympa, même si ce bowling n’a rien d’exceptionnel, il vous permettra de passer un bon moment. Vous pouvez également vous restaurer sur place ou vous divertir plus longtemps avec leur salle de billard ou celle des jeux vidéos.


Horaires
Lundi-Samedi : 14h à 2h. Dimanche : 14h à 1h

Tarifs
– De 5€ à 7,80€ par personne (location de chaussure incluse)
– Forfait de 3 parties de 11,50€ à 18,50€ par personne

Contact
Téléphone : 05.56.47.18.60. Site internet : www.bowling-bordeaux.com


Bowling International de Bordeaux
244, AVENUE DE LA MARNE 33700 MÉRIGNAC



  • Il n’est pas vraiment super ce bowling. Il faut que tu testes celui de Mériadeck. Plus convivial, plus accueillant, un staff agréable et serviable. En gros l’essayer, c’est l’adopter ;)

  • Merci Voltaire, à tester la prochaine fois.


  • NOM { obligatoire } MAIL { obligatoire } BLOG




    © 2017 Les Pavés Bordelais    À propos     Contact     On en parle