J’ai testé Échappe-Toi Bordeaux

1 mars 2016

J'ai testé Échappe-Toi à Bordeaux

Échappe Toi à Bordeaux :
j’ai testé ce nouveau jeu d’énigmes.

A deux pas de la Place Fernand Lafargue, Échappe-Toi a ouvert ses portes en plein cœur de Bordeaux. Après le Casse-Tête Bordelais et Escape Hunt, c’est le petit nouveau des escapes games avec un concept importé du Canada. Un jeu grandeur nature où pendant 60 minutes vous êtes enfermés une pièce. Pour en sortir, il faut résoudre en équipe et le plus rapidement possible une succession d’énigmes. Il y a pour l’instant, trois scénarios possibles autour de l’histoire Bordelaise : Le bar des quais, L’héritage de la rue Poyenne et Les disparus du Château Trompette. C’est ce dernier que nous avons eu l’occasion de tester, en espérant naïvement, faire partie des 3% de réussite.

NOTRE EXPÉRIENCE
Le jeu commence en empruntant les couloirs décorés en ruelles Bordelaises. Nous sommes accueillis par « Dominique » qui nous compte l’histoire vraie du Château Trompette, ce monument historique dont il ne reste que quelques ruines sous la Place des Quinconces. Pas très rassurés, nous sommes enfermés dans les oubliettes, dont seul Albert Lautman, un ancien résistant a réussi à s’échapper. Le décor est plus que vétuste. Chacun dans un coin, on cherche un maximum d’indices. On trouve facilement, puis on bloque. Dominique nous guide à sa manière. Comme d’habitude, on cherche souvent trop compliqué. 60 minutes passées, il nous restait un seul code à déchiffrer.  On y était presque. Une première pour ma petite sœur qui a adoré. Pour ma part, la présence d’un vrai comédien comme maitre du jeu a fait la petite différence avec les autres escapes games que j’ai pu tester. De quoi donner quelques frissons supplémentaires et nous plonger complétement dans l’intrigue.

INFOS PRATIQUES
Les sessions de jeu sont proposées le mardi et le mercredi de 12h à minuit, le jeudi de 12h à 2h, le vendredi et le samedi de 10h à 2h et le dimanche de 10h à minuit. Comptez 1h20 pour l’animation complète soit 10 min de briefing, 60 min de jeu, 10 min de débriefing et photo d’équipe. Tarifs : 18€ par personne et 15€ pour les étudiants. Une aventure immersive à vivre en famille ou entre amis.


Échappe-Toi


2 place de la Ferme Richemont à Bordeaux
Site officiel / Page facebook / 05.56.23.95.97

J'ai testé le jeu Échappe-Toi à Bordeaux



  • Han j’aurais trop aimé tester :)

  • Moi, j’ai bien aimé la diversité des énigmes, le fait qu’il y ait des acteurs pour se mettre dans l’ambiance et le fait qu’on en apprenne plus sur l’histoire de Bordeaux. :)

  • Il faudrait que je teste, cela me semble parfait
    Bisous

  • Rah on a testé mercredi et je confirme c’était vraiment extra ! Une de mes préférée jusque là !

  • Pauline

    Après avoir lu tes différents articles concernant les escape game de Bordeaux lequel est ce que tu nous conseillerai ?

  • » Chocodisco : Oui ta logique nous aurait bien aidé même si ma petite sœur s’est pas mal débrouillée :)
    » Clémentine : Oui les acteurs ça fait son petit effet
    » Sylvie, Enfin Moi : Oh mais oui, c’est vraiment prenant et différent comme jeu.
    » Astrid : Tu as été la même salle que nous ? Tu as réussi à en sortir ?
    » Pauline : Ah difficile de répondre, chaque escape game a son petit plus : je trouve que l’expérience de jeu du Casse-Tête Bordelais est la plus agréable, Escape Hunt a les plus jolis décors et fait très fini, Échappe-Toi la présence des comédiens est très immersive et c’est aussi le moins chers des trois. Je te conseillerai de choisir surtout le scénario qui te plait le plus, car franchement les 3 sont vraiment biens.

  • Cheyenne

    J’aimerais tester ce jeu d’énigmes. Je compte proposer cette sortie à mes amis du réseau social woozgo lors de mon prochain passage à Bordeaux. Je suis sûre qu’on va passer un excellent moment. Qui plus est, on adore découvrir de nouvelles activités intéressantes, voire insolites. Aussi, ton blog est super sympa.


  • NOM { obligatoire } MAIL { obligatoire } BLOG




    © 2017 Les Pavés Bordelais    À propos     Contact     On en parle