La peur de l’Avion

2 août 2017

Voyager à l'étranger et la peur de l'Avion

Comment réussir à dépasser sa peur de l’avion ?
Traumatisme, déclic et conseils pour enfin voyager.

La peur de l’avion est quelque chose d’irrationnelle et de très personnelle. Presque Intime. Et seules les personnes qui connaissent cette peur peuvent la comprendre. Certaines craignent les décollages ou les atterrissages, d’autres sont en pleurs tout au long du vol. Certaines ont d’ailleurs jamais pris l’avion. Si vous ne ressentez pas l’envie de voyager (en dehors de la France et l’Europe), il n’y a aucune raison de vous forcer. Mais si comme moi, vous vous êtes trop longtemps privé et que l’envie de voyager est de plus en plus forte, mon histoire pourra peut être vous aider.

MON TRAUMATISME
Depuis toute petite, j’ai toujours pris l’avion sans être « effrayée ». De nature anxieuse, j’étais simplement inquiète du niveau de carburant. A l’âge de 12 ans, j’ai vécu une expérience choquante, qui a eu lieu le lendemain du crash du Concorde. En revenant de Turquie, notre avion a lâché son carburant à peine 30 minutes après avoir décollé (pour pouvoir ré-atterrir à vide). Pendant de longues minutes, nous avons pensé que l’avion prenait feu. Je n’ai jamais oublié le regard effrayé de mes parents. Alors il ne fait aucun doute que mon traumatisme vient de ce voyage, même si étonnamment, il ne s’est réveillé qu’à l’âge de 21 ans. Lors de mon vol pour la Tunisie, j’ai passé deux heures à pleurer. J’ai repris l’avion, trois ans plus tard, pour aller à Rome, et cette fois j’ai passé mon vol à me mordre le bras. Sûrement pour détourner ma peur. A la suite de ce voyage, je ne voulais plus reprendre l’avion. J’ai alors tout fait pour voyager exclusivement en voiture ou en train.

MON DECLIC
Réaliser l’un de mes rêves, celui de découvrir New-York. Nous avons pris nos billets d’avion, je ne pouvais plus reculer. Décollage prévu en avril 2017, j’avais neuf mois pour me préparer. Entre temps, ma petite soeur est partie faire ses études en Allemagne du Nord. Elle nous a demandé de venir la voir. Il n’y a pas beaucoup de personne pour qui j’aurai été prête à faire ce voyage, mais pour elle je l’ai fait en octobre 2016. Deux vols programmés en 6 mois, c’était encore inconcevable il y a quelques années. Encore plus quand on sait, qu’un troisième s’est rajouté en juillet pour aller à Majorque. Ces trois vols en un an, sont une vraie fierté. Je suis toujours aux bords des larmes à chaque décollage mais j’arrive maintenant à me détendre pendant le reste du vol en gardant toujours en repère les ailes de l’avion, et en attendant impatiemment l’atterrissage.

MES CONSEILS

{ 1 } Se trouver une vraie raison de dépasser sa peur
Une qui nous tient particulièrement à coeur. Pour rejoindre quelqu’un, découvrir enfin une destination qui nous fait rêver. Si possible, elle ne doit pas être accessible (ou difficilement) en voiture, car vous trouverez toujours l’excuse d’utiliser un autre moyen de locomotion.
{ 2 } Regarder des vlogs voyage sur Youtube
Ce conseil peut faire sourire, mais ces vidéos m’ont énormément aidé. Regarder de nombreux youtubeurs prendre l’avion comme s’ils prenaient le train, ont « banalisé » ce moyen de transport qui me terrifiait.
{ 3 } Lire des livres ou regarder des vidéos sur la peur de l’avion
Entendre ses proches parler de statistiques rassurantes, ça a plutôt le don de nous énerver. Mais quand c’est une personne de l’aviation c’est tout autre chose. Ils expliquent de manière simple et compréhensible, comment fait un avion peut réussir à décoller, qu’est ce qui se passe vraiment pendant les turbulences…etc.
{ 4 } S’essayer à un simulateur de vol
Testé et approuvé la Fighter Academy m’a permis de voir qu’atterrir en avion n’était pas si compliqué. Encore moins pour un pilote dont c’est le vrai métier.
{ 5 } Bien préparer son voyage
La peur de l’avion est déjà assez oppressante, il ne faut surtout pas s’ajouter le moindre stress. Prenez vos billets d’avion et d’hôtels le plus tôt possible. Le jour J soyez en avance car il n’y a rien de plus stressant que d’imaginer rater son vol. A Bordeaux, on m’a d’ailleurs proposé de tester Blue Valet et son service de voiturier. Un stress en moins et de précieuses minutes gagnées, en déposant sa voiture directement au niveau des départs et la retrouver au même endroit au retour. Prenez ensuite le temps de vous poser dans un café ou de faire un peu de shopping. A bord, n’oubliez pas d’emporter des choses qui vous rassurent et vous sont familiers.
{ 6 } Affronter sa peur
Tout simplement. Je pense que plus vous prendrez l’avion de manière rapprochée, moins vous aurez peur. Ou en tout cas, vous devriez avoir moins peur d’avoir peur. Pensez qu’une fois atterri, les souvenirs que vous allez créer vous feront (presque) oublier ces quelques heures de vol.



  • Morgane

    Merci de ton témoignage. Je suis moi aussi une très grande phobique de l’avion. J’ai vécu un épisode traumatisante lorsque l’avion que nous avions prit pour aller en République Dominicaine est passé dans un trou d’air ce qui a créé une chute brutale et verticale d’au moins 200 mètres. Ce qui ne paraît pas beaucoup mais qui est affreux vu qu’on tombe dans le vide.
    J’essaie moi aussi de prendre sur moi, je tente un voyage tous les ans mais pour l’instant je n’arrive pas à faire des vols plus long que deux heures. Après je suis intenable. Je crie, pleure et hurle durant tout le vol. Le seul moment où je suis bien c’est à l’atterrissage car je sais qu’on « arrive vivants ». Mais c’est très handicapant je suis d’accord avec toi. Ca m’angoisse tellement qu’une semaine avant un départ je dors mal et me sens patraque.
    Je vais prochainement essayer les méthodes douces dont peut-être l’acuponcture. Les cachets ne me font aucun effet.
    Merci de ton article et je pense fort à toi quand je verrai les photos de tes voyages !

  • » Morgane : Merci à toi d’avoir pris le temps de partager ton ressenti. J’ai complété aussi mon article avec l’atterrissage car comme toi c’est la délivrance :) Moi c’est vraiment juste le décollage qui me tétanise, pour les 7h de vol de New York, je n’ai pas eu du tout peur après avoir pris de l’altitude mais ce qui est chiant c’est que je me dis que quitte à décoller je préfère que ça soit pour une destination lointaine. Je sais pas si je serai capable de prendre l’avion juste pour aller à l’autre bout de la France…
    Ah je suis intéressée par ton retour d’expérience sur les méthodes douces.

  • Anais

    Super article.
    @Morgane, c’est tout comme toi, par contre j’arrive à me contrôler suffisamment pour pas déranger les autres.
    @Alexandra,
    J’avoue que regarder des vlog m’a beaucoup aidé.
    J’avais trouvé une technique qui marchais bien pour moi que j’ai découvert ici :
    C’est respirer le plus calmement possible quand c’est trop intense !
    C’est tout bete mais pour moi c’est super efficace.
    Aujourd’hui j’ai moins peur en avion, mais je sens quand même le stress dès que ça secoue un peu…

  • Léna

    Merci pour cet article
    Nous partons pour vivre au Canada en octobre (adieu Bordeaux ) et mon copain est stressé comme jamais par l’avion. Il a été traumatisé par un trajet très turbulent entre Montreal et Londres. Ton expérience est assez similaire et du coup j’espère que ça lui parlera plus que moi qui adore voler et qui ai du mal à le rassurer réellement ☺️
    Et félicitations à toi pour avoir surmonter cette peur, c’est jamais facile !

  • Cécile

    Parmi les médecines alternatives, la technique qui fonctionne vraiment bien pour faire disparaitre les phobies est l’hypnose eriksonnienne, à tester absolument pour vous Alexandra et Morgane. En quelques séances votre peur aura totalement disparu!

  • Morgane

    @Anais ; oui je suis bien consciente que ça doit agacer les autres mais je peux vraiment pas me contrôler. De toute façon, je préviens les hôtesses/stewarts en arrivant et mes voisins de siège. Les gens sont assez compréhensifs dans l’ensemble.
    @Cécile ; je crois que j’en ai entendu parlé mais la vraie difficulté c’est le prix … Mais je garde en tête. :)


  • NOM { obligatoire } MAIL { obligatoire } BLOG




    © 2017 Les Pavés Bordelais    À propos     Contact     On en parle